Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle,: appliquée aux arts, principalement à l'agriculture et à l'économie rurale et domestique, Volume 23

Front Cover
Crapelot, 1804 - Natural history
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 521 - Buffon , est peut-être, de tous les animaux quadrupèdes, le mieux fait et le plus élégamment vêtu ; il a la figure et les grâces du cheval , la légèreté du cerf, et la robe rayée de rubans noirs et blancs , disposés alternativement avec tant de régularité et de symétrie , qu'il semble que la nature ait employé la règle et le compas pour la peindre.
Page 521 - ... semble que la nature ait employé la règle et le compas pour la peindre. Ces bandes alternatives de noir et de blanc sont d'autant plus singulières, qu'elles sont étroites , parallèles et très-exactement séparées , comme dans une étoffe rayée ; que d'ailleurs elles s'étendent non- seulement sur le corps , mais sur la tête , sur les cuisses et les jambes , et jusque sur les oreilles et la queue, en sorte que de.
Page 142 - Les vents périodiques ou. règles soufflent périodiquement d'un point de l'horizon dans un certain temps , et d'un, autre point dans un autre temps ; tels sont les moussons qui soufflent du sud-est , depuis le mois d'octobre jusqu'au mois de mai , et du nord-ouest depuis le mois de mai jusqu'au mois d'octobre , entre la côte de Zanguebar et l'île de Madagascar; tels sont aussi les vents de terre et de mer qui soufflent le matin de la mer à la terre, et le soir de la terre à la mer. Les vents...
Page 414 - Il ya des éruptions qui élèvent perpendiculairement , quelquefois à plus de deux cents pieds , une gerbe d'argile détrempée. Ces explosions se répètent trois ou quatre fois dans les vingtquatre heures; elles sont accompagnées d'une odeur fétide de foie de soufre ( ou gaz hydrogène sulfuré ) , et quelquefois , dit-on , de fumée.
Page 468 - ... rend en petits grains très-fins , liés ensemble , mais que l'on peut aisément réduire en poussière presque impalpable , et qui remplissent les petites cavités que la larve vient de faire et qu'elle abandonne. A mesure qu'elle prend son développement , elle agrandit sa demeure ; et lorsqu'elle a acquis tout son accroissement et qu'elle sent le besoin de se métamorphoser, elle tapisse de quelques fils de soie le fond du trou ou du canal qu'elle s'est creusé , s'y change en nymphe , et...
Page 534 - ... et il n'y en a que peu dans les forêts de la grande Russie , et encore moins en Laponie. Les zibelines les plus noires sont celles qui sont les plus estimées ; la différence qu'il ya de cette fourrure à toutes les autres (i), c'est qu'en quelque sens qu'on pousse le poil , il obéit également; au lieu que les autres poils, pris à rebours , font sentir quelque roideur par leur résistance. (i) La...
Page 468 - La larve de cet insecte, continue Olivier, très connue par ses dégâts, doit fixer davantage notre attention. Les vieux meubles de bois, vermoulus et criblés de trous ronds et cylindriques, indiquent en même temps son ouvrage et son habitation. C'est un petit ver blanc, mou, allongé, qui a six pattes, petites et courtes.
Page 52 - ... queue , à l'exception des deux du milieu , sont terminées par du blanc ; elles sont bleuâtres en dessus et en dessous , et celles du milieu sont entièrement grises ; les pieds et les doigts sout noirâtres.
Page 59 - Les' ouvertures des narines sont très-larges , ainsi que les orifices de l'oreille , qui ne sont recouverts par aucune espèce de plumes. Depuis le milieu de la tête, où finit la membrane jaune, jusqu'à la queue , le corps est parfaitement blanc ; mais les grandes plumes des ailes sont noires et au nombre de six. Après celles-là il y en a trois petites gris de fer, et plus claires vers le milieu; et elles sont recouvertes par trois autres encore plus petites et semblables pour la forme , mais...
Page 36 - Dans les montagnes primitives , ajoute l'auteur , les eaux « coulent le long des pierres dures qui composent comme la «charpente de ces grandes masses, et de leur réunion se «forment -les torrens. Les montagnes secondaires, dont la « matière est plus tendre et comme spongieuse , laissent * pénétrer les eaux à une plus grande profondeur, où elles «les arrêtent par des couches d'argile dont ces eaux suivent « la pente , et c'est dans les joints des couches voisines que « se trouvent les...

Bibliographic information