Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle: appliquée aux arts, Principalement à l'agriculture, à l'économie rurale et domestique

Front Cover
Chez Deterville, 1803 - Natural history
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 3 - Le plus grand marche ordinairement le premier; c'est un très -beau spectacle que de les voir trotter et galoper en troupes; si l'on tire un coup de fusil chargé à balle parmi eux, tout pesans qu'ils sont, ils sautent fort haut et fort loin, et grimpent sur des lieux escarpés, où il semble qu'il est impossible de parvenir ; quand on les chasse, ils courent tous contre le vent, et, avec un bon cheval, il est aisé de les couper dans leur marche; ils sont fort doux, ainsi on peut pénétrer au...
Page 28 - Lorsqu'il a faim , il va chercher une fourmillière ; dès qu'il a fait cette bonne trouvaille , il regarde tout autour de lui , pour voir si tout est tranquille et s'il n'ya point de danger ; il ne mange, jamais sans avoir pris cette précaution , alors il se couche , et , plaçant son groin tout près de la...
Page 98 - ... et on est dans l'usage de les engraisser en les nourrissant avec du lait et de la mie de pain ; mais on est obligé , pour les rendre tranquilles , de les tenir renfermés dans des endroits obscurs, car aussitôt qu'ils voient la lumière ils se battent...
Page 8 - Sonnerat qui l'a fait connoître (2) : elle a le dessus de la tête et la gorge d'un gris clair ; le dessus du cou , du dos et des ailes couleur de terre d'ombre , c'est-à-dire , brun clair ; le ventre , les jambes et les couvertures inférieures de la queue d'un jaune pâle teinté de roux ; la queue noire , rayée de blanc ; les pieds jaune pâle ; le bec aussi , mais noirâtre à la pointe. Cet oiseau est de la grosseur d'un merle , moins corsé , mais beaucoup plus alongé : sa longueur totale...
Page 154 - Il ne monte pas sur les arbres; il habite, comme l'écureuil de terre que nous avons appelé le suisse, dans des trous et sous les racines des arbres; il y fait sa bauge et y élève ses petits : il remplit aussi son domicile de grains et de fruits pour s'en nourrir pendant l'hiver; il est défiant et rusé, et même assez farouche pour ne jamais s'apprivoiser.
Page 2 - Ilparoît encore que ce sont toujours, et uniquement, les cousins femelles qui nous attaquent et nous tourmentent pour sucer notre sang. Quand les cousins ne trouvent pas assez de sang pour s'en rassasier, ils sucent les plantes. On en trouve fréquemment sur les fleurs , particulièrement sur celles du saule et sur les chatons de cet arbre. Dans les jours chauds et dans les lieux éclairés par le soleil , ils se tiennent tranquilles jusque vers le soir; quelquefois cependant ils commencent leurs...
Page 11 - ... et semble appeler les chasseurs et autres personnes qui cherchent le miel dans le désert; ceux-ci lui répondent d'un ton plus grave en s'approchant toujours. . Dès qu'il les aperçoit, il va planer sur l'arbre creux où il connoît une ruche, et si les chasseurs tardent à s'y rendre, il redouble ses cris, vient au-devant d'eux...
Page 11 - Il surpasse . par la longueur de son corps, et l'aigle et le lion, ces fiers rois de l'air et de la terre; et si l'on excepte les très-grands quadrupèdes, comme l'éléphant; l'hippopotame, etc., et quelques serpents démesurés, dans lesquels la Sature paraît se complaire à prodiguer la matière , il serait le.
Page 125 - Le condoma ou coesdoës a quatre pieds de hauteur , mesuré aux jambes de devant, et les cornes ont trois pieds neuf pouces de longueur ; leurs extrémités sont éloignées l'une de l'autre de deux pieds sept ou huit pouces ; elles sont grises, mais blanchâtres à la pointe ; leur arête suit toutes leurs inflexions ou courbures, et elles sont un peu comprimées et torses en hélisse.
Page 191 - L'on sait , par les observations de Spallanzani , que l'estomac du corbeau n'est pas proprement musculeux comme celui des gallinacés, ni membraneux ou d'une foible épaisseur comme l'estomac des oiseaux de proie, des quadrupèdes et de l'homme ; mais qu'il a une grosseur et une solidité moyennes entre l'un et l'autre. L'estomac des corbeaux ne peut point altérer des tubes de fer-blanc , lesquels se déforment facilement dans le ventricule du pigeon ; mais il aplatit des Cet appétit...

Bibliographic information